AccueilForum AuthenticFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Triste destin d'un peuple : les Cagots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hyuunkel
Invocateur des Éléments
avatar

Messages : 3293
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 32
Localisation : La terre du milieu ^^

MessageSujet: Triste destin d'un peuple : les Cagots   Jeu 24 Nov - 23:26


De ces gens, la plupart d'entre-nous n'en ont jamais entendu parler avant que, lors de la visite d'une vieille chapelle, on nous ait désigné une petite porte murée: la mystérieuse porte des Cagots. Ou encore ces vieilles cartes postales d'Hagetmau désignant le pont des cagots, le quartier des cagots, la fontaine des cagots.

Ils s'appelaient cagots dans les Hautes-Pyrénées, capots en Ariège, gahetz, gafets, agotas, gaouès, ladres… ailleurs. Leur particularité ? Ou plutôt leur malédiction ? Appartenir à une race qui les excluait par la naissance de la société. Plus considérés comme des bêtes que comme des hommes, ces cagots vivaient à l'écart, dans leur cagoterie.



D'origine incertaine et énigmatique, anciennement nommés, du XIIe au XVe siècle, Chrestians, Gézitains ou Gésits ( venant de Giezi, le serviteur hébreu malhonnête d'un prophète de l'Ancien Testament qui aurait été condamné par Dieu à être lépreux, et sa descendance avec lui), les Cagots ( sales, lépreux) ont constitué jusqu'au XIXe siècle une caste inférieure, une population ou race maudite. Le mépris et la haine publique, les humiliations ou mesures vexatoires, parfois les persécutions,  poursuivirent longtemps ces malheureux parias cantonnés dans des ghettos séparés des villages.

Peuple maudit, on l'accusait de tous les maux et de porter la peste.
A cette époque, les cagots effrayaient autant qu'ils fascinaient. Autour d'eux, gravitent de nombreuses croyances divines et occultes. On leur attribue le pouvoir du feu et de l'eau. Parmi les cagots, on recrutait beaucoup de guérisseurs.


Les registres paroissiaux qui les désignent comme tels révèlent qu'en Chalosse, presque tous les villages avaient leurs familles cagotes, comme à Amou, Bastennes, Brassempouy (quartier Dous Cagots), Gaujacq, Hagetmau, Miramont, Montfort, Saint Cricq, Saint Sever, etc ...  mais on en trouvait aussi à Capbreton (quartier de la Punte), Orx, Saint-Martin de Hinx (quartier des Agots), Saint-Jean-de-Marsacq, Saubrigues, Sainte-Marie-de-Gosse, Seignosse, Soustons ( quartier d Ardy) ...  aussi à Arengosse ( quartier de Bezaudun), Magesq, Dax, Saint-Martin-d'Oney, Benquet ...


«Le cagot type est plutôt blond, aux yeux bleus, et mesure entre 1 m 50 et 1 m 55. Il vit isolé en petits groupes dans les montagnes».



Naître cagot, c'était le rester à vie. Parias parmi les parias, les cagots ont supporté pendant des siècles le mépris des villageois. Interdiction leur était faite de vivre dans les mêmes quartiers. De marcher pieds nus. De posséder du bétail. De manipuler la nourriture. Et à l'église, ils ne pouvaient pas rentrer par la même porte que les fidèles et possédaient leur propre bénitier, le prêtre leur tend l'hostie au bout d'un bâton.

En 1683, Louis XIV décide de les affranchir de leur condition de cagots, en leur accordant les mêmes droits qu'au reste de la population. Malgré cela, la ségrégation est restée de mise.
Dans les églises, une entrée leur était réservée. Ainsi, montre t'on dans plusieurs vieilles églises landaises (Capbreton, Ossages, Caupenne, Doazit,  Roquefort... ) les traces de la petite porte, parfois murée depuis (comme celles des églises Saint-Martin de Moustey, ou Nerbis, Miramont, Parentis) exclusivement réservée aux cagots. De même, plusieurs de ces églises comportaient deux bénitiers dont l'un uniquement à l'usage des cagots, comme à Brassempouy, Duhort, Laurède, Nerbis, Onard, Siest ou Tilh.


Côté métiers, les cagots faisaient tout ce que ne voulait pas faire la population dominante. Ils exerçaient des métiers liés à la nature.
A l'origine cantonnés au métier de charpentier (le bois censé ne pas transmettre de maladies).



A partir du milieu du XVIIIe siècle, ils devinrent aussi menuisiers, charpentiers, tonneliers, bateliers, maçons, tisserands, tailleurs ....et les femmes souvent sages-femmes.
Les femmes cagotes avaient un énorme don de magnétisme ; parmi les personnes qui ont actuellement ce potentiel de magnétisme naturel, certaines ont du sang cagot, sans le savoir..

Les derniers Cagots semblent s'être éteint durant les années 1960.



_________________




La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi !

-----

Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. ^^

Revenir en haut Aller en bas
 
Triste destin d'un peuple : les Cagots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Campagne la Couronne du Destin
» La campagne de l'été : la couronne du destin...
» Projet BD GiF: Le Destin de Tarkel Prime
» Kenny - Arkna La rage du peuple
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Public :: Actualité, Comptoir, Multimédia, Mini-jeux et Création :: Comptoir-
Sauter vers: